Rendez-vous clinique du CPCT « La direction du traitement bref » avec Pierre Naveau, samedi 7 janvier 2017

Premier Rendez-Vous Clinique du CPCT
Le samedi 7 Janvier 2017

avec
Pierre Naveau

« La Direction du Traitement Bref »

13h30 à 18h, Faculté de théologie protestante, 83 boulevard Arago, 75014
Paris Métro : Saint Jacques

Au CPCT, les délais sont comptés, ce qui n’est pas sans incidence sur les modes opératoires des praticiens qui y travaillent.

Quand il s’agit de repérer les implications du sujet dans sa plainte, de souligner sur quoi il achoppe, de dégager les lignes de force de sa demande, de repérer la stratégie qu’il emploie et de savoir qui parle en vérité, une lecture rigoureuse et non hâtive de la logique du cas s’impose.

L’interprétation, si elle est opportune, est alors un « événement imprévu »[1], faisant partie de cette logique.  Elle fraye, dès lors que le transfert est établi, la voie de l’inconscient.

Les interventions du praticien sont ordonnées à la singularité du sujet et non à un savoir préalable.  Ainsi, le praticien, orienté par l’enseignement de Lacan, se garde-t-il de « compréhensions hâtives »[2] pour amener le patient à se détacher de ses identifications paralysantes ou des modes de jouir dans lesquels il se perd.

Entre rectification subjective et interprétation, la direction du traitement pointe les signifiants qui déterminent le sujet pour qu’il puisse entrer dans son histoire ou encore s’hystoriser,[3] comme l’écrit Lacan en jouant de l’équivoque entre histoire et hystérie.

Ce qui guidera l’interprétation ne sera pas « qu’est ce que ça veut dire ? », soit le sens qui affleure dans ce qui est dit, mais « qu’est ce que, à dire, ça veut ? »[4]

Si bref que soit ce traitement sous transfert, le pari est bien que le patient puisse appréhender, dans des effets de discours, la façon dont il est impliqué en tant que sujet dans la volonté de jouissance qui le tourmente.

 

[1] Miller J.-A., « Introduction à l’érotique du temps », Cause freudienne n°56, p.79

[2] Lacan J., Le Séminaire, livre III, Les psychoses, Paris, Seuil, 1981 p. 138

[3] Lacan J., « Préface à l’édition anglaise du Séminaire XI », Autres Écrits, Paris, Seuil, 2001, p.572

[4] Lacan J., Le Séminaire, livre XVI, D’un Autre à l’autre, Paris, Seuil, 2006, p.198

Related posts

Atelier Café Psychanalyse de l’ACF-IdF - "Hunter" de Marc Lainé - Théâtre de Châtillon le vendredi 13/04/2018. 20h30

  Débat Café Psychanalyse du 13 avril 2018 Avec Francesca Biagi-Chai Psychanalyste, membre de l'Ecole de la Cause Freudienne     L’Atelier Café Psychanalyse de l’ACF-IdF vous invite à venir participer au dernier débat Café Psychanalyse de la saison théâtrale 2017-2018 qui...

Soirée theatre et psychanalyse 23 mars 2018 à 20H "B. TRAVEN" au Nouveau théâtre de Montreuil

*Pour réserver : Indications sur l'affiche. L'ACF IDF présente : "B. TRAVEN" au Nouveau théâtre de Montreuil Vendredi 23 mars à 20 h – salle M. Casarès – 63, rue V. Hugo – Montreuil (ligne9) Tarif réduit pour les amis de l'ACF IdF Je et une trentaine d'autres A propos de « B. Traven »...

Soirée cinéma-psychanalyse à Orsay, le 13 mars 2018 à 20H

  L’ACF Ile-de-France et le cinéma Jacques Tati d’Orsay Dans le cadre des « Semaines de l’Information sur la Santé Mentale » Organisent une soirée cinéma-psychanalyse animée par Marcelo Denis Psychologue clinicien, membre de l’Association de la Cause freudienne Pour le film...