L’Acf Idf et l’Envers organisent une soirée le 8 octobre avec Clotilde Leguil et Pierre Naveau « Faire couple et contingence : une nécessité ? »

 

Vers les J45

L’Acf IdF et l’Envers de Paris invitent Clotilde Leguil et Pierre Naveau, Membres de l’ECF,  à une Conversation

« Faire couple et contingence : une nécessité ? »

Le jeudi 8 octobre, 21h15,  31 rue de Navarin, 75009 Paris

Quand deux êtres, quel que soit leur genre, se rencontrent, – ou se ratent –, il y a des étincelles. Il y a un avant et un après. Pierre Naveau a fait de ce moment de la rencontre entre deux êtres une question et en a élaboré des réponses qui ont valeur de chemins de traverse dans son ouvrage « Ce qui de la rencontre s’écrit ». Il nous rappelle qu’il ne s’agit pas, dans ce qui sépare une femme et un homme, d’une différence anatomique, mais d’une séparation des modes de jouissance. Et c’est de la non-rencontre de ces deux modes de jouissance dont se plaignent hommes et femmes dans l’expérience psychanalytique. Il nous indique surtout que l’événement d’une rencontre est à la fois événement de corps et de discours. La rencontre condense en elle-même le plus précieux de ce qui va de « l’impossible au contingent » (les deux écritures du réel). Mais pour qu’il y ait rencontre, encore faut-il que l’on veuille en savoir quelque chose : savoir et rencontre s’articulent. Clotilde Leguil, dans son livre « L’être et le genre », questionne, elle, ce qu’il en est du genre, de la façon dont cela se pose pour chacun et chacune, quels que soient le sexe anatomique, le choix d’objet et les normes sociales de genre. Clotilde Leguil montre que la solution pour l’Un est déjà à trouver, loin des standards et des stéréotypes de genre et nous transmet ainsi des éléments précis sur cette équation de la rencontre entre deux partenaires. Clotilde Leguil et Pierre Naveau puisent dans la littérature classique et contemporaine des pistes pour saisir ce qu’il en est du non rapport sexuel et de ses conséquences au cas par cas. La contingence, c’est leur thèse, prévaut à la rencontre amoureuse et oriente chaque sujet avec l’énigme de son sexe. Leurs interventions respectives et la Conversation animée par l’Atelier de lecture de Boulogne, nous pousseront, c’est sûr, vers les prochaines Journées de l’Ecole « Faire couple – les liaisons inconscientes ».

 

Entrée libre

Pour tout renseignement, contactez Emma Edelstein : emma.chaminand@free.fr

Related posts

2ème journée d'étude FIPA: Paradoxes de la demande. 17 mars 2018

    La FIPA est un essaim d’institutions composé aujourd’hui de seize Centres Psychanalytiques de Consultation et de Traitement (CPCT) et de dix-sept initiatives spontanées inspirées par les CPCT sans en être. Disparates dans leur fonctionnement, ces institutions ont une référence...

Journée d'étude du CERA "Autisme et Parentalité". Le 10 mars 2018. Maison de la chimie. 9H30 - 18H

  S'INSCRIRE EN LIGNE   Journée d’Étude du CERA (Centre d’Étude et de Recherche sur l’Autisme) Autisme et parentalité samedi 10 mars 2018 Maison de la Chimie 28 rue St Dominique, 75007 Paris 9h30 –...

Théâtre et psychanalyse 26 janvier 2018 à Montreuil

LE NOUVEAU THÉÂTRE DE MONTREUIL ET L’ASSOCIATION DE LA CAUSE FREUDIENNE ÎLE-DE-FRANCE PRÉSENTENT DANS LA PEAU DE DON QUICHOTTE La Cordonnerie / Création   Un spectacle de Métilde Weyergans et Samuel Hercule d’après l’œuvre de Cervantès Discussion...