Groupes de travail Marne Essonne

BUREAU MARNE-ESSONNE : Essonne (91), order Seine-et-Marne (77), clinic Val-de-Marne (94) acf.bv.marne.essonne@gmail.com

Responsable du Bureau, Isabelle Magne, i.magnemalinconi@gmail.com

Groupe de travail Vaires-Torcy-Villemomble

Ce groupe de travail a démarré en février 2015. Notre idée : regrouper les membres de l’ACF-Idf ou collègues qui travaillent dans le nord du département de Seine-et-Marne et dans le sud de la Seine-Saint-Denis. Notre objectif : travailler des textes et organiser des manifestations dans nos lieux d’exercice professionnel.

Nous avons constitué un cartel pour préparer des textes pour le 3ème Congrès européen de psychanalyse qui sous le titre de « Victime ! » s’est tenu à Bruxelles en juillet 2015. Rosana Montani-Sedoud a produit un texte qui a été présenté à la soirée inter-cartels de l’Envers de Paris et de l’ACF-Ile de France. Marcelo Denis a produit un texte sur le film argentin « Les nouveaux sauvages » (Relatos Salvages), publié sur l’hebdo-blog.

Un autre cartel a travaillé autour du thème proposé par l’ECF pour ses Journées annuelles en 2015 « Faire couple – Les liaisons inconscientes ». Il a permis un travail préliminaire à la production d’un texte d’Alicia Bukschtein pour ces journées qui, comme nous le savons, n’ont finalement pas eu lieu.

Ces deux cartels fulgurants, déclarés auprès de l’Ecole, ont eu comme plus-Un : Laura Sokolowsky.

Actuellement et suite à l’invitation du Délégué Régional de l’ACF-IDF, nous préparons les questions qui seront posées aux analystes invités à l’après-midi d’études qui aura lieu le 6 février 2016 et qui aura pour thème : « Un peu de Rio à Paris ». Titre qui fait référence au prochain Congrès de l’AMP qui se tiendra à Rio en avril  2016 autour du thème : « Le corps parlant – sur l’inconscient au XXIe siècle ».

Le 20 juin 2016, une après-midi d’études aura lieu au CMP de Montfermeil autour du livre de Sonia Chiriaco « Le désir foudroyé – sortir du traumatisme par la psychanalyse », éd. Navarin, le Champ freudien, 2012.

Marcelo Denis est en train de travailler ce livre avec les soignants du CMP qui s’y sont intéressés. Notre groupe de travail prépare des questions pour participer à cet évènement.

             Marcelo Denis (marcelo.denis@free.fr), Rosana Montani-Sedoud, Andrea Castillo Denis, Alicia Bukschtein

 

Cartel

Déclaré à l’ECF, le cartel : « Transmission de la psychanalyse, quelle politique ? – Réflexions à partir d’un bureau de ville de l’ACF », né en septembre 2013, est constitué de membres de l’ACF (Alicia Bukschtein, Brigitte Hiniger, Isabelle Magne), de non membres (Tania Marquez) et d’un membre de l’Envers (Liliane Mayault).

Les réunions mensuelles sont l’occasion d’organiser localement des manifestations en soutien des Journées de l’ECF, du Colloque de notre association ainsi que du réseau du Champ freudien. Mais  aussi de travailler sur des textes.Nous invitons des collègues à participer ponctuellement à nos séances de travail. Ceci permet  d’engager une réflexion commune autour des moyens nécessaires à mettre en place dans leurs  institutions pour accomplir l’étude de l’orientation lacanienne et de ses connexions.

C’est ainsi que nous avons rencontré Delphine Fromentin, que nous avions invitée pour préparer une manifestation dans l’Institution où elle travaille, et qui participe depuis peu à ce cartel.

Cette année, Alicia Bukschtein a travaillé sur la traduction d’ouvrages mathématiques anglo-saxons portant sur les schémas des nœuds. Elle souhaite diffuser ce travail car il constitue un outil précieux pour lire certains Séminaires tels que RSI et le Sinthome par exemple. Le site de l’ACF serait un bon support.

 

 L’Atelier de Maison-Blanche « Autour de l’écriture»

Il rassemble des professionnels concernés par les ateliers d’écriture en Institution. Ils interrogent la question de l’écrit via l’enseignement de Jacques Lacan et de Jacques-Alain Miller.  Des invités viennent alimenter leurs réflexions. Cet atelier est animé par Maria Arminda Brinco de Freitas ( bricodefreitas@free.fr).

 

L’atelier de la clinique de l’autisme de Saint-Michel-sur-Orge

Il est animé par Liliane Mayault et J.J Carron avec des professionnels travaillant avec des sujets autistes en Institution.

Le groupe clinique de l’Autisme continue d’explorer différentes pistes de travail avec les autistes. En continuant la lecture de différents écrits pour que notre clinique s’éclaire des textes fondamentaux. Nous avons commencé cette année par la lecture de « S’orienter du fonctionnement de l’autiste » de JC. Maleval, publié dans Quarto 108.

Nous croisons cela avec des cas cliniques de chacun et la lecture des témoignages des autistes: D. William, T. Grandin, B. Sellin, D. Tammet, J. Shovanec.

Nous avons aussi évoqué l’intérêt  qu’il y aurait à nous informer sur les thérapies  mises en avant par l’HAS. Une participante du groupe prépare un travail sur ce thème qu’elle va nous présenter prochainement.

Bien sûr les grandes manoeuvres de la loi HPHT (Hôpital, Patient, Santé, Territoire) ainsi que les GHT (Groupe hospitalier Territorial) sont aussi à l’ordre du Jour avec leurs effets ravageurs sur les collègues qui orientent leur clinique de la psychanalyse, de nombreuses institutions remettent en cause cette orientation

Le groupe se réunit le vendredi de 18H à 19H30 une fois par mois, au CMP de ST-Michel sur Orge autour de Jean-Jacques Carron et Liliane Mayault (christeric@free.fr).

Atelier « La jouissance et les jouissances ».

Cet atelier animé par Huguette Béchade ( hbechade@wanadoo.f) à Juvisy-sur-Orge poursuit son travail. Ce groupe de travail s’est interrogé cette année sur la question de la jouissance en jeu dans un travail d’élaboration théorique. « Au cours de cette année de travail, nous nous sommes demandés quelle jouissance était en jeu dans un travail d’élaboration théorique. Une jouissance phallique, oui, mais pas sans un reste de non­ savoir incluant la confrontation à du réel.

Lequel reste va prendre la place de cause de désir­ de ­savoir. En cheminant, nous nous sommes heurtés à ce propos de LACAN, « tout le monde est fou », propos souvent repris et nous avons souhaité, justement, en découvrir les contours dans sa pensée et dans sa démarche : « mon enseignement où tout est pesé », nous rappelle­-t-­il dans le Séminaire «Dissolution ».

En effet, LACAN donnera une suite à ce propos et ce qu’il veut dire aux analystes c’est que dans le  «manque à savoir » constamment rencontré, chacun est aux prises avec quatre solutions :

  • ­Soit il se dit que c’est comme cela, qu’il faut supporter de ne pas tout savoir.

  • ­Soit il produit son explication fantasmatique, celle du névrosé.

  • ­Soit il s’oriente vers un délire explicatif, de type religieux.

  • ­Soit il s’oriente vers un « je n’en veux rien savoir », et se situe dans la débilité

Nous avons trouvé les références suivantes, (in « l’Insu » 76/77) : « Freud, là, délire … juste ce qu’il faut. Car il s’imagine que le vrai c’est ce qu’il appelle le noyau traumatique » (19 avril 77). « Freud, débile mental comme tout le monde, comme moi » (19 avril 77)  et « Entre folie et débilité mentale, nous n’avons que le choix » (11 janvier 77). »

 

Atelier de lecture à Châteauroux

 

L’Atelier de Lecture de Châteauroux, animé par Marie-Christine Proteau a soufflé ses 5 bougies.

Le vent de la transmission psychanalytique tant au niveau de la connaissance théorique que clinique perdure. Le désir des participantes toujours au nombre de 10 est toujours à l’œuvre.

Quelles soient éducatrices spécialisées, psychomotriciennes , psychologues, l’orientation psychanalytique sous-tend la pratique de chacune.

La volonté de transmettre, de partager par le biais de vignettes cliniques met le groupe au travail.

Pour cette année 2015, la clinique de l’enfant a été abordée : le corps chez l’enfant, le symptôme à entendre et la pratique à plusieurs dans le cadre d’ateliers thérapeutiques en pédopsychiatrie.

Pour autant la clinique du sujet psychotique a elle aussi été travaillée, ou comment l’effet d’encadrement d’une peinture  a pu border le délire.

Une collègue psychanalyste est venue rejoindre l’Atelier en cette fin 2015.

En 2016, la perspective reste inchangée, l’articulation théorique devrait prendre plus de place. Le thème qui pourra être abordé cette année se situe dans le questionnement et  met la psychanalyse à l’épreuve de l’arriération profonde. L’objectif est de démontrer qu’à l’inverse du Moi, le sujet lui n’est pas handicapé.

 

 

 

 

Related posts

Les échos

    Echo de la discussion « H pour Hypnose » au Centre Georges Pompidou Par Isabelle Magne Le projet « Après » à la Galerie 3 du Centre Georges Pompidou, a réuni entre le 6 et le 18 septembre 2017 une exposition et une programmation quotidienne de conférences autour du dernier film d’Eric...

Echos des cartels

Echos de la soirée des Cartels «  Lire Lacan, c’est y mettre du sien » Par Marcelo Denis, délégué aux Cartels pour l’ACF IdF La traditionnelle soirée de rentrée des cartels a eu lieu cette année à l’Ecole de la cause freudienne le 13 octobre 2016. Une équipe s’est constituée plusieurs mois en...

Echos de Marne Essonne

Echo de la soirée cinéma-psychanalyse du mardi 13 juin à Orsay pour le film L’amant double de François Ozon Isabelle Ramirez et Isabelle Magne   Comme Freud s’inspirait d’E.T.A. Hoffmann pour parler du surgissement de l’angoisse face à la figure du double, Laurent Dupont a brillamment...