22ème Soirée de l’atelier de criminologie, APCOF/ACF IdF/Envers de Paris « Le corps en cause », mardi 10 janvier 2017

L’Atelier de criminologie lacanienne : ACF-IdF/Envers de Paris/APCOF  

Thème général de la recherche : « Le corps en cause»

Deuxième soirée du (cycle 2016-2017) : 22e soirée

Le mardi 10 Janvier 2017, 20h30 :

31, rue de Navarin, 75009, M° : Pigalle

« Le corps pour le pédophile et le fétichiste : La pulsion de regarder élevée au rang de l’objet idéal »

 

Ce qui est visé à travers le corps de la victime : séparer le corps de la jouissance. Qu’il s’agisse du pervers, du toxicomane, du meurtrier, de la prostituée, autant des situations où ce qui est visé est d’ôter, d’annuler, de séparer le corps de la jouissance. Ce qui est le comble, c’est que justement le toxicomane, le pervers, la prostituée, proclament haut et fort un « rendons la jouissance au corps », le produit, la manœuvre perverse, la passe semblent le réaliser à travers les pratiques ;  le fantasme sous-jacent aurait pour effort de faire croire justement que la jouissance peut « regagner » le corps, comme si le corps avant la rencontre avec le produit, la passe, l’acte pervers n’avait pas connu la jouissance. Ces opérations ne sont toutefois possibles qu’en expropriant les marques du langage présentes dans le corps, le but étant ainsi de retrouver le corps pulsionnel libéré de toute entrave l’empêchant de jouir. Le comble du paradoxe est que le pervers, le dealer toxico, la prostituée proclament haut et fort un savoir et un pouvoir de domination sur la jouissance. Il faut donc un langage, un discours pour exproprier le langage du corps. Il faut du langage pour manipuler et gagner la confiance du corps, pour imaginer un accès direct et privilégié à la jouissance ; comme si le corps, était in fine, sa « propre cause ». Cette soirée aura pour objectif de cerner la jouissance perverse fixée sur le corps pubère comme « arrêt sur image » créant un lien indéfectible de la pulsion et de l’objet.

Présentation : Angelica TORO, psychologue clinicienne, « J’aime les corps imberbes »,

Invité : Dario MORALES, psychologue, psychanalyste, membre ECF (78),  «Angelus, L’enfant fétiche ou comment fixer le pire dans la pédophilie »

 

Soirée animée par Angelica TORO, psychologue ;  José RAMBEAU,  psychologue, psychanalyste, membre ECF

 

Coordination : Dario Morales ; e-mail : damofer@orange.fr ; Téléphone : 06 61 72 46 48

 

Entrée libre gratuite sans préinscription préalable

Related posts

Débat Café Psychanalyse au Théâtre de Châtillon : Pourquoi les riches? 04 Décembre 2018 à 20h30

  L’Association de la Cause Freudienne-Île de France et le Théâtre de Châtillon vous invitent le mardi 04 Décembre 2018 à partir de 20h30 à venir assister à la représentation de Pourquoi les riches inspiré des travaux des sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, mis en...

Nouveau : Les jeudis d'Orsay de l'ACF-IdF, animés par Pierre-Ludovic Lavoine et Camilo Ramirez. Le 6 décembre 2018. Séminaire ouvert sans inscription préalable.

           

L'Envers de Paris et L'ACF-IdF vous invitent à la 2ème Conversation sur la psychiatrie aujourd’hui et demain. 28 novembre à 20h

Les lieux de soins de la psychiatrie : rupture et continuité Le secteur psychiatrique, tel qu’il a été voulu dès 1960, reste à ce jour l’échelle d’organisation la plus importante des lieux de soins en santé mentale, et la psychanalyse y a régné longtemps comme référence...