MDLSX

  Silvia Calderoni AVEC LA Cie MOTUS

Avec MDLSX, Silvia Calderoni, seule en scène, telle un fauve montant sur un ring, pose la question : homme ou femme, est-ce si important ? Ces catégories hétéro-normatives au fondement de notre société patriarcale ne seraient-elles que des constructions assujetissantes et ignorantes de la diversité des corps ?

Avec MDLSX, Silvia Calderoni incite à pulvériser ces frontières.

Pulvériser les frontières : à commencer par celles de la forme artistique. MDLSX travaille avec le texte en italien surtitré en français, la vidéo, la danse, la musique, la comédienne menant la performance telle un DJ dont la play-list va de Buddy Holly aux Smiths en passant par Stromae.

Elle prend la parole  Elle prend la parole et se met à nu, au propre comme au figuré. Elle qui est sommairement qualifiée d’androgyne met en jeu quelque chose qui a tous les traits de ce qui pourrait être sa propre vie. La narration mêle les éléments autobiographiques au récit fictif tiré du roman Middlesex de Eugenides [1], à des extraits de textes philosophiques et politiques appartenant au champ des études de genre.

Le croisement entre  autobiographie et fiction maintient la confusion grâce à l’homonymie « Cal » à la fois diminutif péjoratif attribué à S. Cal(deroni) dans son enfance et Calliope Stephanides « Cal » pour les intimes, prénom du personnage principal du roman de J. Eugenides qui s’ouvre sur cet incipit : « J‘ai eu deux naissances. D’abord comme petite fille (…) puis comme adolescent (..) ».

Etre femme, être homme s’agit-il d’un caractère acquis une fois pour toutes ? Est-ce seulement se soumettre à une norme ? Et la norme est-elle une oppression « un devoir-être aliénant » pour tous ? Ou le lieu d’une énigme qui se pose différemment pour chaque sujet ?

Comment la psychanalyse lacanienne aborde-t-elle ces questions fondamentales ?

Nous proposerons à notre invitée Clotilde Leguil[2], psychanalyste, Membre de l’ECF, d’y apporter un éclairage lors de la discussion qui succèdera à la représentation.

 

 

[1]    J. Eugenides ; Middlesex -Ed. de l’Olivier 2004

[2]    C. Leguil ; L’être et le genre, homme/femme après Lacan – Ed. PUF 2015

Related posts

Nouveau : Les jeudis d'Orsay de l'ACF-IdF, animés par Pierre-Ludovic Lavoine et Camilo Ramirez. Le 6 décembre 2018. Séminaire ouvert sans inscription préalable.

           

L'Envers de Paris et L'ACF-IdF vous invitent à la 2ème Conversation sur la psychiatrie aujourd’hui et demain. 28 novembre à 20h

Les lieux de soins de la psychiatrie : rupture et continuité Le secteur psychiatrique, tel qu’il a été voulu dès 1960, reste à ce jour l’échelle d’organisation la plus importante des lieux de soins en santé mentale, et la psychanalyse y a régné longtemps comme référence...

Soirée Cinéma-psychanalyse de l’ACF Ile-de-France le 13 novembre à 20h autour du film PHANTOM THREAD

  Le cartel cinéma-psychanalyse de l’ACF Ile-de-France Anime une soirée débat au cinéma de l’Espace Jacques Tati de la ville d’Orsay Dans le cadre des 48èmes Journées de l’Ecole de la Cause freudienne     «Comment l’amour et le désir peuvent-ils perdurer dans le mariage ?...